Notre dernier livre blanc, Future of Workplace, donne une vision précise et inspirante des mutations du travail, et met en lumière des entreprises pionnières de ce nouveau modèle, comme Facebook ou Alan. Téléchargez-le en cliquant ici.


‘‘ Si vous détestez à ce point les grandes entreprises, pourquoi essayez-vous désespérément d’en créer une ? ”

Par sa question à un jeune CEO de start-up, le père du lean management Eric Ries met le doigt sur une dichotomie fondamentale. Pourquoi des entrepreneurs qui déclarent haïr les travers des grands groupes, déplorant généralement leur lenteur bureaucratique, politiques internes ou encore hiérarchies pesantes, s’empressent-ils pourtant d’adapter la même stratégie organisationnelle à leur propre start-up ?

Les modèles d’organisations traditionnelles ont de nombreuses limites.

Est-ce par exemple bien raisonnable de commencer à parler d’open innovation avant même de fluidifier les processus de décision en interne ? Suffit-il simplement de copier certains codes associés à l’univers des start-ups pour espérer ré-engager ses collaborateurs ? Ou même d’espérer devenir “plus agile” du jour au lendemain ? Réciproquement, comment éviter de tomber dans les écueils de modèles obsolètes quand son entreprise grandit ? Enfin, comment conserver esprit d’innovation et vélocité d’exécution en ajoutant de nouvelles strates de management ? Tout cela pour dire que ce ne sont pas les exemples de problématiques d’organisation qui manquent.

C’est pourquoi la thématique du futur du travail n’a jamais autant été débattue.

De nombreux articles, études, événements et parutions scientifiques viennent illustrer un intérêt croissant pour le sujet. Il faut dire que le thème a de quoi passionner, tant il questionne notre rapport au travail et la manière dont celui-ci va évoluer. D’un côté, on retrouve de nombreuses craintes, entre les menaces de l’automatisation, le risque majeur d’un chômage de masse ou encore la disparition des frontières entre vie personnelle et professionnelle. De l’autre, il existe des mouvements d’espoir avec de nouveaux modèles de redistribution de la valeur au profit des collaborateurs, une vague entrepreneuriale générationnelle sans précédent ainsi qu’une importance croissante accordée à l’épanouissement personnel et la quête de sens.

New call-to-action

Les start-ups réinventent les modèles organisationnels de demain.

Une entreprise existe au sens économique du terme pour la simple raison qu’internaliser certaines tâches et fonctions coûte moins cher que de les externaliser. Elle aura tout intérêt à recruter tant que produire en interne reste plus rentable que d’acheter ou louer les services d’une autre société. La même logique rationnelle s’applique de plus en plus aux individus. Aujourd’hui, la notion de propriété est moins importante qu’auparavant : en témoignent l’essor des biens et services à la demande comme Airbnb ou Drivy.

Cette évolution culturelle, combinée à l’émergence de nouvelles technologies de pointe comme la blockchain et le machine learning, donne naissance à de nouveaux business models. Prenons le cas d’Uber : la société compte plus de 200 000 chauffeurs dans le monde, pour seulement 10 000 employés. Même si Uber est sur le podium des start-ups les plus valorisées au monde, celle-ci ne réalise toujours pas de profits. Imaginez alors si l’ensemble de sa flotte de chauffeurs et véhicules étaient internalisés...

Ces évolutions de modèles d’entreprise ont un fort impact sur la façon de penser et d’organiser le travail. Alors même que certains grands groupes français ne veulent pas mettre en place un jour de télétravail par mois, des licornes américaines comme InVision fonctionnent avec 700 employés en remote aux quatre coins du monde depuis 2011.

Pourquoi les startups semblent-elles donc plus avancées sur le sujet des nouveaux modèles de travail ? Une partie de l’explication réside dans leur besoin de croître très rapidement. Leur survie implique une excellente capacité d’exécution doublée d’une véritable maîtrise des coûts. Avec comme leitmotiv : comment faire mieux avec moins ?

L’échec fait bien entendu partie du jeu et la culture de l’entreprise a un rôle déterminant dans les réussites observées. Certaines expérimentations organisationnelles sont symptomatiques d’un certain esprit du temps : décentralisation de l’entreprise, autonomie des salariés, concentration sur l’exécution, etc. Autant de thèmes particulièrement en vogue dans toutes les strates de l’économie. Au-delà des idéologies, la démarche de transparence véhiculée par ces start-ups éclairées permet à d’autres organisations de s’inspirer et de créer à partir de ces nouvelles méthodologies de travail.

Chez comet, nous sommes convaincus que la nature même du travail doit évoluer.

C’est pourquoi nous sommes fiers de vous présenter notre livre blanc Future of Workplace. Il a pour but de décrypter les tendances majeures du futur du travail, au-delà des limites du débat actuel. De nombreuses pratiques annoncées comme prophétiques sont déjà une réalité pour de nombreuses sociétés. Nous nous sommes donnés pour mission de les étudier afin de vous donner les clés pour que ce futur annoncé soit pour vous plus proche que jamais. Téléchargez dès maintenant Future of Workplace en cliquant ici.

New call-to-action

Cet article est extrait du livre blanc, écrit par Morgane Mallejac et Benjamin Perrin.

    Partager: